Emprise religieuse en France

Il est intéressant de voir comment évolue en France par la question de la dimension néfaste, voire dangereuse, de l’appartenance religieuse. L’actualité, alimentée notamment par les scandales d’abus sexuels touchant récemment l’Église catholique romaine, vient renforcer la méfiance ressentie par certains envers toute appartenance religieuse, comprise comme menant inévitablement à une emprise potentiellement dangereuse.

Il y a quelques mois, la ministre déléguée à la Citoyenneté Marlène Schiappa avait annoncé augmenter les moyens de la Miviludes pour lutter contre les groupes tentant de se servir de l’épidémie de Covid-19 pour accroître leur influence.

Ces jours-ci, elle annonce confier à la Miviludes une mission sur les “thérapies de conversion”, ces pratiques proposées par certains groupes religieux qui visent à modifier l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’une personne (un article plus complet sur les thérapies de conversion a été publié sur Eurel).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.